Valérian et la Cité des mille planètes : juste divertissant?

Le dernier film Sci-Fi du réalisateur Luc Besson, Valérian et la Cité des milles planètes est dans les salles depuis le 21 juillet. Je suis donc allée le voir pour me faire mon propre avis.

Pour les amateurs du genre, Luc Besson est synonyme du Cinquième Élément. Mais pas seulement, Besson a aussi fait Le Grand Bleu, Nikita, Léon, mais aussi Lucy.
Autant dire, que j’attendais beaucoup de Valérian et la Cité des mille planètes. La bande annonce promettait de l’action et des visuels impressionnants.

 

Le film se déroule au 28eme siècle dans un univers adapté de la série de bande dessinée française Valérian et Laureline que Luc Besson lisait pendant son enfance.

Les visuels de Valérian et la Cité des mille planètes

Il est indéniable que le savoir faire de Luc Besson est présent dans ce film. Il a su capturer et transmettre l’émerveillement sûrement ressenti lors de la lecture de la bande dessiné. J’avais les yeux grands ouverts devant les créatures imaginées à l’écran, devant Alpha la cité aux milles planètes. Toutes ces créatures d’espèces différentes vivants ensemble en paix dans un monde où tout est maîtrisé. Tout semble bien pensé, bien dessiné.

Valérian et la Cité des mille planètes
Je voulais vivre à Alpha, je voulais conduire un vaisseau spatial moi aussi!
Ça doit être l’éternelle enfant en moi, titillée par ce que je voyais à l’écran.

 

Ce qui m’a déçu

Je fus déçue par la prestation des acteurs et certains acteurs stars qui faisaient des apparitions surprise mais qui n’ajoutaient pas un poids réel à l’intrigue.
Les acteurs ne portent pas assez bien à l’écran le poids que leurs personnages ont. Dane DeHaan ( Valérian) est un agent spécial gouvernemental qui doit maintenir l’ordre dans l’univers. Malgré ce rôle qui lui incombe, on retrouve à l’écran un jeune homme à peine sorti de la puberté, qui ne fait que rigoler et qui drague sa partenaire (Cara Delevingne).
Il se reprend un peu quand les choses se corsent. Et peut-être lorsque c’est un cascadeur qui prend sa place…
Le choix n’est pas le meilleur pour un personnage principal qui est supposé avoir du poids et de la prestance.

Loreline, partenaire de Valérian, s’en sort un peu mieux. Agréable à regarder, oui je ne le nie pas, elle a du caractère. Le personnage prend un peu plus de place que Valérian par moments, elle sait s’imposer. Mais par le biais de son sourire narquois et son air suffisant. Est-ce suffisant? Je ne le crois pas.

Ajoutons aussi la performance de Rihanna. Elle est somptueuse certes. Son numéro d’artiste-danseuse et son pouvoir de changer d’apparence rapidement font du personnage une distraction esthétique qui apporte de la vie au film. Sauf que le personnage en tant que tel est accessoire. Car avec 137 minutes du film, les longueurs ne manquent pas.

 

Valérian et la Cité des mille planètes

Crédit Photo : Daniel Smith

Mais tout ça reste superficiel.
On n’arrive pas à s’attacher aux personnages. Leur développement reste limité. Ils ne nous touchent pas.
L’émotion est aux abonnés absents. À défaut, on nous sert de l’émotion facile, très cheesy, cheap.

Valérian et la Cité des mille planètes

Crédit Photo : films Séville

 

 

Je suis donc restée sur ma faim. Valérian et la Cité des mille planètes est divertissant et esthétique mais en termes d’intrigue et de personnages ce n’est pas le mieux que Luc Besson a fait.
Et vous alors? Qu’en pensez-vous?