Leonard Cohen : Une brèche en toute chose au MAC

Nuit Blanche
Leonard Cohen au MAC

C’est lors de la nocturne du 16 février au Musée d’Art Contemporain que j’ai pu découvrir l’exposition hommage à l’icône montréalaise et internationale Leonard Cohen : Une brèche en toute chose.

Les nocturnes du MAC sont devenues un événement incontournable des nuits montréalaises. En effet, ces soirées sont l’occasion pour le public de s’approprier le musée entre amis ou en amoureux, un verre à la main, aux sons d’un live set d’un DJ, jusqu’à une heure tardive (2h du matin).

Leonard Cohen : Une brèche en toute chose

Nocturne au MAC – Crédit photo Sebastien Roy

C’est, donc, dans cette ambiance conviviale et branchée que j’ai visité pour la première fois l’exposition Leonard Cohen : Une brèche en toute chose.

Il y a une fissure en chaque chose. C’est ainsi que la lumière peut entrer.

Le travail sur cette exposition a débuté alors que Leonard Cohen était encore vivant. Elle s’est transformée en exposition hommage après son décès en 2017. C’est une exposition multidisciplinaire où arts visuels, réalité virtuelle, installations, performances, musique et écriture s’imbriquent pour nous offrir le meilleur des oeuvres inédites inspirées de la vie et l’oeuvre de Leonard Cohen, à travers le regard d’artistes locaux et internationaux. Le MAC a fait appel à ces artistes et leur a expressément commandé ces oeuvres qui sont originales et inusitées pour certaines.

Leonard Cohen : Une brèche en toute chose.

Depuis son lancement en novembre dernier, c’est plus de 180 000 visiteurs qui ont franchi les portes du Musée d’Art Contemporain, faisant de l’exposition Leonard Cohen : une brèche en toute chose un des plus grands succès de l’histoire récente du musée.

La musique touche la vie émotionnelle de la plupart des gens.

J’étais très curieuse car j’avais entendu des propos élogieux à propos de l’exposition. En plus les nocturnes sont toujours une occasion unique en leur genre pour visiter le musée dans une ambiance plus décontractée.

On rentre rapidement dans l’univers de Leonard Cohen : sa voix mythique, son visage, son petit sourire au coin, son chapeau, ses mots, les visages qui l’accompagnent. Je me suis retrouvée à sourire plusieurs fois. On explore à travers cet hommage affectueux la réussite artistique et la vie inspirante de l’artiste Leonard Cohen (romancier, poète et auteur-compositeur-interprète), mais aussi de l’homme, ses réussites et ses échecs. On plonge dans ce monde teinté de douce mélancolie qui empreint la pensée, l’écriture mais aussi la musique de l’artiste. On en apprend plus sur lui:  sur son processus créatif,  ses luttes, ses moments heureux et moins heureux. Sa sensibilité se ressent dans toutes ses créations.

 

Les créations des artistes auxquels le MAC a fait appel sont touchantes, émouvantes même.
Je dirai celle qui m’a le plus marquée était celle du hologramme en forme de Leonard Cohen sur son balcon dans sa ville à Los Angeles, regardant au loin. Un artiste épuisé mais toujours souriant, bienveillant. On était dans une reproduction de la pièce où il écrivait et composait.
Le fait d’être dans cette pièce et de  »le » voir m’a amené dans une autre dimension. J’étais là, debout, pendant 2 minutes, je ne bougeais plus. C’était un sentiment troublant.

 

Faits saillants : exposée en 6 salles, 20 oeuvres inédites de 40 artistes provenant de 10 pays.

C’est jusqu’au 9 avril 2018 que les mots, musique et voix de Leonard Cohen raisonneront au MAC pendant l’exposition Leonard Cohen : Une brèche en toute chose.

Je vous encourage vivement à ne pas manquer cette exposition!

 

1 Comment

Laisser un commentaire