La parenthèse «Isla Blanca » de Jeanne Leblanc

isla blanca

Dans le cadre des Rendez-Vous Québec Cinéma (mes suggestions ici), j’ai eu l’occasion d’assister à la première du film « Isla Blanca », premier long métrage  de Jeanne Leblanc. Le film est porté par Charlotte Aubin (Blue Moon, Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau), Théodore Pellerin (Chien de garde, Ailleurs), Judith Baribeau (Le marais, Monsieur Lazhar) et la participation de Luc Picard (Les rois mongols, L’Audition).

Il y a huit ans de cela, Mathilde (Charlotte Aubin) a quitté ses parents et sa ville natale pour ne plus jamais y revenir; sans jamais donner signe de vie. Maintenant âgée de 24 ans, cette fois elle fuit sa vie à Montréal qui ne semble pas être ce qu’elle souhaitait. Elle arrive juste à temps pour veiller au chevet de sa mère mourante. L’espace d’une journée, Mathilde fera face à ses décisions du passé et leurs répercussions sur les membres de famille; son frère et son père.

Jeanne Leblanc confie avoir veillé sa propre mère avant son décès, d’où la genèse de son premier long métrage. Après vingt ans de gestation, comme le dit la réalisatrice, elle-même, c’est sous la forme d’un film que s’incarne ce projet. Ce dernier a pu voir le jour à l’aide d’une bourse de 50 000$ du CALQ.

Avec ce maigre budget, une équipe réduite et un scénario révisé, Jeanne Leblanc offre un huis clos intime dans une maison louée à St-Hilaire. Tourné en ordre chronologique et une à deux scènes par jour, cela a permis aux comédiens de s’abandonner.

Verdict?

« Isla Blanca » offre une parenthèse, une pause, de nos vies qui avancent à un rythme effréné. Ce film nous fait repenser nos propres relations familiales (entre frère et sœur, entre parent et enfant) et démontre la réalité de l’accompagnement d’un proche mourant. Être au chevet d’un parent est probablement une des étapes les plus difficiles pour un enfant. C’est venu le moment de parfois régler des conflits, de pardonner son parent et surtout de le laisser aller. Un film à voir pour une expérience réelle et intime de cette étape de la vie.

Le film apparaît sur nos écrans le 3 mars.

 

Laisser un commentaire