L’Idiot, mais c’est qui? Venez le découvrir!

L'Idiot

Le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) présente L’Idiot, une adaptation du texte de Dostoïevski, du 20 mars au 14 avril et déjà avec une supplémentaire le 17 avril. Je vous le dis tout de suite, ça vaut le détour!

L’idiot, c’est l’histoire d’un jeune homme qui, sortant d’une cure en Suisse de plusieurs années pour traiter son épilepsie, se retrouve sans famille, sans travail et sans le sou. Il décide donc de retourner en Russie afin de chercher une parente éloignée, le seul lien qui lui reste. Bien que sa crédulité couplée à sa maladie lui valent le terme d’idiot, sa constante bonté lui permettra rapidement de se faire aimer de tous ceux qu’il croise. Puis, entre en scène la belle Nastassia qui viendra troubler son coeur, toute la souffrance qu’elle porte en elle le rend complètement sensible à ses charmes, et un singulier quatuor amoureux s’installe.

L'Idiot

crédit : Yves Renaud, photographe

Du grand Dostoïevski

Du Dostoïevski, c’est bien plus que de simples histoires. Toute la beauté de ses oeuvres vient de la complexité et de la subtilité qu’il sait faire émerger du fond de ses personnages. Sa façon d’aborder les multivers de ses individus où s’entrechoquent leurs passions, leurs espoirs, leurs pulsions et leurs valeurs, donne vraiment place et met à nu les contradictions qui sommeillent au fond de nous tous…En fait, je ne veux pas parler pour vous, mais elles sont certainement là, au fond de moi!

L'Idiot

crédit : Yves Renaud, photographe

Mon avis

 

Le texte à été adapté par Étienne Lepage et la mise en scène est signée Catherine Vidal, tous deux boursiers du TNM. J’ai vraiment été agréablement surprise par la création dans son ensemble. Deux petits bémols, je ne suis pas certaine du ton qu’on a voulu donner à l’ensemble. Il m’a semblé y avoir deux types de personnages; certains sont interprétés de façon très caricaturale alors que d’autres nous transportent vraiment dans toute la dimension réelle de leur non-héros. Cette dynamique à deux vitesses apporte beaucoup de légèreté et, selon moi, nous fait perdre un peu la profondeur de l’oeuvre. Deuxièmement, bien que j’aie adoré un certain discours enflammé de la part de notre protagoniste principal aux allures d’une critique sociétale, faire sauter le quatrième mur pour bien faire passer le message était un mécanisme un peu trop facile à mon goût.

Ceci étant dit, j’ai adoré toutes les 2h35 (avec entracte) que j’ai passées au TNM la semaine dernière, je suis sortie vraiment satisfaite de mon expérience. Donc, n’attendez-pas trop, si vous ne voulez pas manquer ça!

L'Idiot

crédit : Yves Renaud, photographe

L’idiot est présenté au TNM du 20 mars au 14 avril en supplémentaire le 17 avril.

 

Laisser un commentaire