Quelque part, mon jardin : une poésie sonore et underground

«Quelque part, mon jardin»

Le 9 juin passé, j’ai été invitée à assister au spectacle «Quelque part, mon jardin» à l’Usine C. Ce spectacle réunit pour la première fois sur scène collectif9 et Architek Percussion. Cordes et percussion travaillent de concert pour offrir une poésie contemporaine, multimédia et vidéo.

« Quelque part, mon jardin » propose une réflexion sur nos points d’ancrage à un lieu ou à une communauté. Cette création s’articule autour d’un texte bilingue du montréalais Kaie Kellough. C’est une invitation à un voyage poétique qui aborde les thèmes de la mer, du déplacement, du langage et au sentiment d’appartenance à un lieu ou à une culture. Un support visuel accompagne parfois les artistes sur scène, guidant le spectateur vers un périple symbolique.

Ce spectacle est la réunion de cinq compositeurs canadiens multidisciplinaires, offrant poèmes, musique expérimentale, lyrisme et groove.

Collectif9

«Quelque part, mon jardin»

Collectif9 est un ensemble à cordes montréalais qui a fait ses débuts en 2011. L’ensemble est reconnu pour ses arrangements novateurs et électrisants, ces derniers utilisent la mise en scène, l’éclairage et l’amplification pour séduire son public. L’ensemble combine la puissance d’un orchestre et la particularité d’un ensemble de chambre. Enfin, collectif9 a pour but de présenter la musique classique en s’appuyant toutefois sur la collaboration et les connexions qu’elle a avec les musiques populaires.

Architek percussion

«Quelque part, mon jardin»

Architek percussion est un quatuor montréalais qui a fait ses débuts en 2012. Reconnu à l’international pour avoir créé plus de quarante œuvres de compositeurs étrangers, leur répertoire se veut diversifié. Leur philosophie est de croire que la musique contemporaine devrait être une expérience non aliénante et inclusive.

La force des deux ensembles

À quoi pouvait-on s’attendre en unifiant ces deux ensembles? « Quelque part, mon jardin » ce n’est rien de moins qu’une poésie sonore pour le spectateur. Ne m’attendant à rien en allant à ce spectacle, je me suis laissée imprégner de cette musique parfois lyrique, parfois dynamique, parfois qui rappelle l’art du cirque, parfois triste, mais au final toujours agréable pour les oreilles. Underground et quelque peu expérimentale, cette création offre une proposition peu convenue, mais oh combien intéressante pour le spectateur. On perçoit la passion et le talent des artistes sur scène. Et surtout, on perçoit le plaisir qu’ils ont de jouer ensemble. Entre quelques sourires et clins d’œil échangés, cette affection est contagieuse et on ne peut qu’être reconnaissant face à ces personnes qui s’évertuent sur scène pendant 1 h 30.

 

Dans le cadre ce de nouveau spectacle, collectif9 et Architek Percussion étaient en résidence au Conservatoire de musique de Rimouski du 23 au 26 mai, où avaient lieu une avant-première et plusieurs activités au grand plaisir des étudiants du Conservatoire. Par la suite, le groupe sera en tournée canadienne lors de la saison 2018-2019.

Laisser un commentaire