4 spectacles du ZooFest en revue

zoofest

Comme je suis allée au lancement de la programmation du Zoofest (je vous en ai parlé ici), j’ai pu assisté à 4 spectacles du festival Zoofest OFF-JFL.

Pour débuter, j’ai assisté au spectacle de Charles Pellerin (son spectacle porte le même nom). Sorti des bancs d’école en 2016, il est maintenant à la barre de l’animation des lundis de l’humour au bar le Jockey, où j’ai d’ailleurs pu admirer son aisance à parler avec le public. Avec son look directement sorti des années de Grease et son énergie digne des moniteurs de camp de jours, Charles Pellerin aborde les relations de couple, les souvenirs d’enfance et les événements liés au mot-clic #metoo.

À ce sujet, il raconte une histoire de boys, et en inversant la situation, il fait ressortir la dysmétrie des genres comme quoi pour un même événement c’est totalement accepté pour les gars, mais est étrangement vu pour les filles. Il termine avec un sujet quelque peu tabou, où il raconte qu’il a été un gars qui est sorti avec une fille en couple. On voudrait parfois que l’humoriste aille plus loin dans ses gags, mais au final, on ne peut que sourire devant cet être plein d’énergie.

Deuxième soir, j’ai assisté au spectacle Dans ta face de Mike Beaudoin. Humoriste que je ne connaissais pas, c’est clairement ma découverte du Zoofest ! Efficace avec un sens de la répartie aiguisé, on comprend rapidement d’où vient le titre de son spectacle (il explique lui-même). Avec son charisme, Mike Beaudoin se fait un plaisir de raconter ses anecdotes de père d’une fille de 8 ans, sans oublier de se moquer (gentiment) de cette dernière. Il aborde les relations, les ex, des souvenirs d’enfance et même une de ses premières jobs (quelque peu surprenante). Quelques gags prévisibles, mais somme toute, une excellente soirée passée avec cet humoriste.

Pour le spectacle de Sébastien Haché 10 ans de carrière, c’est ma collègue Catherine qui y est allée. Un petit spectacle sympathique. Il nous raconte son parcours depuis sa sortie de l’école d’humour et nous parle avec franchise de ses épreuves actuelles. Il est drôle dans son quotidien et sait clairement comment jouer avec les circonstances. La salle aux Katacombes n’était pas comble, mais les spectateurs présents n’ont pas manqué d’éclater de rire à maintes reprises. Elle dit avoir gardé un bon souvenir de cette heure passée à découvrir un Sébastien haché à vif.

Enfin, pour terminer la série de quatre spectacles du Zoofest, j’ai assisté au Show XXX animé par Coco Belliveau. Évidemment, avec ce titre et les images de l’affiche, on s’attend à du sexe et du cru. Coco Belliveau fait l’ouverture du spectacle avec un numéro sur le viol puis sur le sexe anal que je voyais pour la 3e fois. Humeur à la rigolade et à l’improvisation, Coco Belliveau est resté sur scène et n’a pas hésité à dépasser son texte pour interagir avec la salle. A suivi Madeleine Pilote-Côté qui retrace l’Histoire du sexe. Avec ses airs blasés ou exaspérés placés au bon endroit, on ne peut que rire de ce qu’elle raconte. Elle termine son numéro avec quelques passages sortis directement du livre au titre du genre 203 choses à faire pour exciter son homme. Hilarant ! Daphné Létourneau a pris la relève avec un numéro où elle joue la fille naïve de service. Pas mal, mais peu marquant. Pour finir, c’est Catherine Thomas qui a parlé d’avortement avec parfois beaucoup d’acharnement, quitte à rendre certaines personnes mal à l’aise. Un humour cinglant qui ne doit pas être pris au premier niveau.

Laisser un commentaire