American Sniper : un film à la hauteur de sa controverse?

Clint Eastwood étonne avec son dernier film : American Sniper. Est-ce une apologie du patriotisme américain ou la simple biographie d’un ex Seal américain?

Après six nominations aux Oscars ( incluant celle du meilleur film) et 247 millions de dollars de recettes ( 200 millions rien qu’aux États Unis ), American Sniper est LE film dont tout le monde parle ces jours-ci.
La toute dernière production de Clint Eastwood mettant en vedette Bradley Cooper est une adaptation de l’autobiographie de Chris Kyle, un tireur d’élite américain actif pendant l’invasion irakienne après les attentats du 11 Septembre. Kyle est considéré comme le tireur d’élite le plus létal dans l’histoire américaine étant donné que le Pentagone lui attribue 160 morts alors qu’il en clame 255.

Certains trouvent que le film fait une apologie du patriotisme américain et de la guerre. Mais ça serait trop facile.

Alors pourquoi le film a-t-il eu un public plus masculin que féminin et plus particulièrement dans les états du sud et du Midwest américain par opposition aux côtes Est et Ouest?

Présentation de Chris Kyle

Kyle est un texan peu bavard, c’est un jeune qui aime les armes. C’est un gars de la classe moyenne, normal. Sa vie tranquille va changer le jour où il décide de faire partie de la Navy Seal et d’aller en Irak. Même si le protagoniste se détache de tout sentiment qui peut interférer avec sa mission militaire, le spectateur peut facilement voir les conflits intérieurs qui habitent le personnage.

Kyle essaye d’être un mari et un père parfait, le parfait humain craignant Dieu, faisant un travail dénué de toute humanité et essayant d’être un soldat irréprochable. Et il réussit à remplir ce dernier rôle. Pour ces camarades, Kyle est  » la légende », pour les irakiens il est  » le Diable de Ramadi ». Mais après son retour, Kyle vit un cauchemar. Son traumatisme de la guerre l’empêche d’être le père et le mari parfait qu’il voudrait être.

 Positionnement de Eastwood

American_sniper.dng

Eastwood relate ici l’histoire de cet  »héros de guerre ». Il rapporte les faits tels qu’ils sont, tels que vus et vécus par Chris Kyle. Sans préjugés ni parti pris, il fait de ce film une réflexion sur les traumatismes expérimentés par les soldats. Le spectateur est témoin du déclin du protagoniste. Eastwood initie ici un processus de réflexion qui remet en question le bon et le mauvais et ce qui pousse un être humain à déshumaniser un autre être humain dans l’unique but de survivre.

Clint Eastwood dépeint la partie répugnante de Kyle qui décrit les irakiens comme  » (…)sauvages, le mal ignoble. C’est ce que nous combattions en Irak », et la partie plus attachante de père et mari aimant.

Le film a causé une vraie controverse ! Cependant, après l’avoir vu, je ne peux que mieux saisir les arguments des deux perspectives et comprendre que les deux points de vue sont justifiés ce qui ne fait que confirmer le talent d’Eastwood comme réalisateur.

Je n’espérais pas moins de Clint Eastwood.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *