MONO : la post-rock japonaise au Centre Phi

Mono

Le groupe japonais MONO jouera à Montréal dans le cadre de sa tournée nord-américaine pour son dernier album Requiem for Hell.


Le groupe post-rock a commencé sa carrière à la fin des années 90. Depuis, ils sont devenus mondialement connus pour leurs sonorités uniques, mariant le shoegaze, le noise et le rock.
Après la parution de 10 albums, dont un album live avec l’orchestre de New York, MONO, lance Requiem for Hell. Taka Goto, qui a écrit les cinq titres sur l’album, s’est inspiré de la  Divine Comédie de Dante. Cet album est, aussi,  la 4ème collaboration avec Steve Albini, qui a produit, entre autres: Nirvana, les Pixies et PJ Harvey.

L’album Requiem for Hell :

Par rapport à leur précédent album, Requiem for Hell souligne plus de couleurs et plus de dynamisme dans le son de Mono. Le thème principal inspiré de La Divine Comédie est vraiment palpable: descente dans l’enfer, passage du purgatoire, retour au paradis.
Death in Rebirth est une chanson puissante qui donne le ton à l’ensemble de l’album.
Quant à la piste éponyme ( Requiem for Hell)  est une chanson instrumentale de 17 minutes. Ce qui est étonnant, c’est que le groupe réussit vraiment à garder l’auditeur intéressé jusqu’à la fin, probablement à cause du côté imprévisible des émotions abordées.
Soulignons aussi le fait que Mono aime encore expérimenter, comme dans la chanson Ely’s Heartbeat.
La piste reprend le battement de cœur d’Ely,la fille de Jérémy, le directeur du label américain du groupe. Admettez que le concept est unique!
Personnellement, Stellar est de loin ma préférée. J’aime la sensation céleste du piano et le sentiment vaporeux et rêveur apporté par la mélodie.
Et pour clore l’album, The Last Scene est une belle finale qui permet d’obtenir le même sentiment de paix que Stellar.

L’album construit, donc,  bien le sentiment dramatique; allant d’un début plus doux et mélodique à un final plus lourd et sombre. Requiem for Hell est, de ce fait, une réinterprétation intéressante dans ce mélange agréable entre le délicat et le dramatique.

 

Interview de Mono

Sarah Bemri : L’aspect scénique est très présent dans votre musique. Quelle importance accordez-vous au cinéma, a-t-il une influence quelconque? 
Taka Goto : Nous voulons tout exprimer rien qu’en utilisant la musique. Tout comme un écrivain utilise juste des mots. Dépendamment de l’auditeur, nous voulons que notre musique soit presque comme une bande originale de la vie, tout comme la bande originale d’un film.

SB : L’aspect apocalyptique et fataliste est un thème récurrent dans le post-rock. Comment vous le véhiculez dans votre musique?
TG : Quand nous avons commencé, le terme ‘post-rock’ n’existait pas encore. Alors je ne sais pas trop. Ce dont je suis sûr par contre c’est que nous nous concentrons toujours sur l’émotion à véhiculer.
SB: Comment Requiem for Hell s’inscrit-il dans votre cheminement musical?
TG : J’ai l’impression que nous nous sommes rapprochés de notre set live idéal. Nous puisons notre inspiration des sentiments et émotions lors des tournées et des live.

SB : My Bloody Valentine est l’une de vos principales influences. Aujourd’hui, quels groupes vous inspirent?
TG : Je suis fan de Low depuis 20 ans et ils ont été une grande source d’inspiration pour moi. D’ailleurs nous ferons une tournée commune au mois de juin. Nous sommes très enchantés par cette idée.

SB : Que pensez-vous de la scène post-rock actuelle? God Is an Astronaut, Explosion in the Sky, Sigur Rós…
TG : Je ne suis pas très au courant de la scène post-rock en général mais je crois que la musique d’Explosions in the sky ou Sigur Rós est très unique et exceptionnelle. Le fait aussi qu’ils fassent ça depuis si longtemps est aussi admirable.

SB : Alors Montréal. Je n’ai pas pu trouver d’information précise sur vos concerts passé chez nous. Comment décrirez-vous Montréal, son atmosphère, les gens et vos fans?
TG : Nous nous sommes produits à Montréal plus que 10 fois depuis notre première fois (2013). J’aime beaucoup l’atmosphère unique qui vient du brassage avec la culture française et francophone.
Chaque fois que nous venons, des fans enthousiastes nous attendent et ça nous fait énormément plaisir.
Nous avons hâte de nous produire à Montréal.

 

Le groupe jouera ce soir, mercredi 26 avril au Centre Phi. Pour vous procurer des billets, ça sera par là.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *