Amsterdam : hommage à Jacques Brel au TNM

Amsterdam au TNM- Jacques Brel
crédit photo@André Chevrier

J’ai grandi en entendant résonner la voix unique de Jacques Brel chez mes parents. C’est plus tard que j’ai appris à l’apprécier et à comprendre l’immensité de son talent. J’ai donc accepté avec plaisir l’invitation pour assister à la première du théâtre musical Amsterdam, hommage à Brel au TNM. 

Cette production québécoise, imaginée par Mélissa Cardona repart sur les traces de la vie de Jacques Brel dans la cartonnerie de son père.
En effet, amatrice de Brel depuis son adolescence, l’auteure et metteure en scène a puisé dans la biographie de l’artiste belge, des personnages de ses chansons et de leurs petites histoires, pour tisser un récit, ce spectacle théâtral musical, se basant sur le vécu de l’artiste. 

Mise en contexte 

Lors de son passage à la cartonnerie familiale, juste après l’occupation allemande de la Belgique, Brel monte une troupe théâtrale avec des amis et écrit des pièces qu’il joue en amateur. 
On assiste aux remises en question des protagonistes, au fil de leurs états d’âme, leurs déceptions amoureuses, leurs ambitions, ainsi que le lien amical qui les unit. 
Ce lien est d’ailleurs testé, lors du passage en ville d’un imprésario à la recherche de nouveaux talents. 
Les personnages d’Amsterdam, camarades de Jacques, portent les noms des personnages de son répertoire musical. 

Les comédiens interprètent un total de 15 chansons du répertoire de Brel ; parmi elles, des incontournables comme, bien évidemment, Amsterdam, Ne me quitte pas ou Quand on n’a que l’amour, mais aussi des moins connues comme Les bourgeois. La trame sonore fait avancer l’histoire. 

Mon avis concernant Amsterdam

Sur scène, c’est avec fougue et talent que les comédiens interprètent avec brio les différents protagonistes. Mention spéciale à Jean-François Provonost pour son interprétation magistrale et juste de Jacques Brel, avec son émotion, sa gestuelle et même sa voix.  

Jean-François Pronovost - Amsterdam au TNM

Jean-François Provonost dans le rôle de Jacques Brel – Crédit photo@André Chevrier

On ne s’ennuie pas, car il n’y a pas de temps morts, mais aussi, car les émotions sont au rendez-vous. On chantonne, du moins je l’ai fait. Parfois, on rit, on sourit, d’autres fois, on est ému. 

Les liens entre les chansons et la continuité qu’elles ont avec le récit sont surprenants. Le tout s’imbriquait parfaitement. C’est d’une telle fluidité qu’on croirait presque que la cohésion existait déjà et que ces chansons font toutes partie d’un récit plus global. C’est certainement là qu’on peut témoigner de l’admiration portée à Brel combinée au talent de Mélissa Cardona. Car avouons-le, créer un récit à partir de chansons existantes éparses n’est pas une mince affaire. Mais le pari est gagné. 

Je suis sortie avec un sourire aux lèvres et je pense que les spectateurs qui étaient là ce soir-là étaient satisfaits du spectacle aussi au vu du standing ovation offert à la troupe et à Mélissa Cardona. 

Amsterdam est un beau spectacle hommage à l’œuvre intemporelle de Jacques Brel. 

À voir au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) jusqu’au 10 août 2019. 
Infos et billetterie

Je vous laisse ce petit aperçu du spectacle : 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *