Récap de mes Francos 2019

Francos de Montréal

La 31e édition des Francos de Montréal vient de se terminer et je vous fais un récap des spectacles auxquels j’ai assisté. J’ai eu le bonheur d’assister aux spectacles de mes artistes préférés : Cœur de Pirate, Pierre Lapointe et Koriass.

Cœur de pirate et ses invité (es)

© Benoit Rousseau

Connaissant Cœur de Pirate depuis son premier album (en 2008) du même titre, j’étais déjà fan. C’est donc avec grandes attentes que j’allais voir son spectacle d’ouverture des Francos à la salle Wilfred-Pelletier. En avant-première, j’ai découvert Marie-Ève Roy (ancienne guitariste des Vulgaires Machins). Elle précise que son dernier album solo Multicolore lui a permis de reconnecter avec sa féminité et la douceur. 

30 minutes plus tard, c’est une Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate, pétillante dans son habit de scène qui a fait son entrée. Orné de scintillants, l’artiste ressortait du décor blanc à l’éclairage néon. Elle a commencé par des hits de son dernier album En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Sans oublier des classiques comme Francis, Comme des enfants, Place de la république et Crier tout bas. Pour accompagner la voix douce et mélodieuse de l’artiste, son band et le Quatuor Esca (violonistes) étaient présents sur scène. Pour l’occasion, l’artiste a fait un interlude de trois chansons qu’elle a spécialement revisitées pour le spectacle. Entre autres, elle a revisité Amour d’un soir de façon folk. Cela fait du bien de changer le rythme du spectacle et de voir une chanteuse oser sortir de sa zone de confort.

Des invités attendus

Tel qu’annoncé, au courant de la soirée Milk & Bone, Sofia Nolin et Loud pour Dans la nuit sont venus sur scène pour accompagner Cœur de Pirate. Leurs apparitions brèves ne lui ont pas volé la vedette, mais ont plutôt agrémenté la soirée. En rappel, l’artiste s’est fait le plaisir de jouer sa reprise de Mistral gagnant accompagnée au piano par Alexandra Stréliski.

Enfin, en voyant Cœur de Pirate sur scène, c’est avec des frissons que je suis retombée en amour avec cette chanteuse. Loin d’elle l’image de l’artiste cachée derrière son piano, Béatrice Martin a su charmer la salle. Sa générosité, son énergie et ses mélodies revisitées pour cette soirée resteront gravées dans ma mémoire pour longtemps.

Pierre Lapointe et l’Orchestre Métropolitain

© Benoit Rousseau

En spectacle pour deux soirs, Pierre Lapointe exécutait la mort de La science du cœur, accompagné de l’Orchestre Métropolitain et de son pianiste à la Maison Symphonique. Douze ans plus tôt, l’artiste avait collaboré avec l’OM pour son album Dans la forêt des mal-aimés.

Pierre Lapointe nous amène dans son univers triste et mélancolique. Un départ un peu lent où l’orchestre se fait discret, pour arriver à Je déteste ma vie sous un tonnerre d’applaudissements. Les arrangements ajoutent une dimension à la poésie déjà existante des chansons de l’artiste. Onze relectures de l’album La science du cœur, en plus de plusieurs chansons tirées de tous ses albums : Nu devant moi, Tous les visages, Les lignes de la main et Le retour d’un amour.

L’espace d’un moment, l’artiste avertit le public qu’il fera deux « chansons joyeuses ». Pour souffler un peu, nous avons eu droit à L’étrange route des amoureux et Mon prince charmant toujours en douceur.

Enfin, j’ai découvert en rappel son abécédaire de L’Alphabet qui me rappelle l’univers de La boutique fantastique. Pierre Lapointe précise que c’est une chanson pour en savoir un peu plus sur son univers de création ou au contraire pour se perdre davantage. La soirée s’est terminée avec une de ses premières chansons : Pointant le Nord.

Koriass

© Benoit Rousseau

Qui de mieux pour terminer les Francos et mettre le party à la Place des arts? Koriass a répondu à l’appel et a tenu son pari. Quatre ans plus tôt, l’artiste y donnait un spectacle sous une pluie battante. Cette fois, sous une température parfaite, il a fait danser et vibrer le public avec plusieurs titres de son dernier album La Nuit des Longs Couteaux. D’une énergie à tout casser du début à la fin, nous avons eu droit à Cinq à sept, Éléphant, Lait de chèvre, Blacklights et Tséveudire. Pour la dernière pièce, avant le rappel, la scène s’est littéralement enflammée avec des jets de lumière jaune pour Zombies et un public sautant sur place.

En rappel, Koriass est revenu sur scène accompagné de ses amis de l’étiquette 7e Ciel Records dont, Anodajay, Fouki et Brown pour Nervous. Le tout s’est terminé avec Enfant de l’asphalte. Le public a chanté en boucle le refrain comme s’il ne voulait pas que le spectacle s’arrête.

 

J’espère que vous avez profité de cette édition des Francos autant que moi! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *