Eugène Onéguine : amours déçues et regrets sanglants

Eugène Onéguine

J’ai été invitée samedi dernier à assister à la première de Eugène Onéguine, un opéra du grand Tchaïkovsky. Et c’est un coup d’envoi plus que réussi pour cette 40e saison de l’Opéra de Montréal. Dans les rôles principaux : le grand baryton québécois à renommée internationale Étienne Dupuis qui nous fait l’honneur de son retour sur la scène montréalaise et sa femme, Nicole Car, soprano australienne talentueuse, pour sa première apparition au Québec.

Crédit : Yves Renaud

Basée sur le roman d’Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine est une œuvre de du célèbre compositeur russe Tchaïkovski connu pour ses grands ballets. 

Synopsis 

L’histoire se déroule du côté de Saint-Pétersbourg, à la fin du XVIIIe siècle dans une propriété où vivent deux sœurs : Olga et Tatiana. La première est amoureuse du poète Lensky tandis ce que Tatiana, tombera amoureuse de l’ami du poète, Eugène, un être froid et désintéressé au début. Méprisant, il répondra négativement à la lettre d’amour qu’elle écrira pour lui et ira jusqu’à courtiser sa sœur Olga lors d’un bal. Cet acte réveillera la jalousie de Tatiana et provoquera un duel entre lui et son ami Lensky.
De longues années s’écouleront avant qu’Eugène ne se rende compte qu’il est amoureux de Tatiana qui depuis ce temps, se sera mariée à un prince. Fidèle à son devoir d’épouse, elle devra le repousser et Eugène demeurera seul.

Crédit : Yves Renaud

 

Mon avis

Vous savez à quel point j’aime les œuvres de Tchaïkovsky et après avoir vu les ballets Casse-Noisette et Le Lac Des Cygnes, je peux vous dire que j’admire encore plus son œuvre. Eugène Onéguine est une belle histoire d’amour qui, tragique certes, car finalement impossible. Néanmoins elle nous redonne du baume au cœur en plein milieu de cette société où tout est porté sur l’attrait à la beauté et à l’éphémère. Nicole Car et Étienne Dupuis, autant amoureux dans la vraie vie que sur scène saurons vous faire vivre cette belle passion imaginée il y a près de 150 ans.
Mention spéciale à la prestation irréprochable de la distribution. 

Crédit : Yves Renaud

 

À noter que l’Opéra de Montréal rend hommage au grand Joseph Rouleau, basse québécoise de renommée internationale, décédé en juillet dernier, dans cette première de la saison.

Eugène Onéguine de Piotr Ilitch Tchaïkovski

Lieu : Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts
Dates : 14, 17, 19 et 22 septembre 2019
Structure : 3 actes
Langue : russe avec sous-titres français et anglais
Informations et billetterie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *