Comment prendre soin de sa santé mentale pendant la pandémie du Coronavirus

Santé Mentale Covid-19

Ces dernières semaines ont chamboulé le quotidien de millions de personnes à travers la planète. Cette crise sanitaire mondiale causée par la COVID-19 apporte son lot de défis et nous impacte de bien des manières.
Nous nous retrouvons aux prises avec une incertitude qui touche notre santé physique, notre sécurité financière, mais aussi, et surtout notre santé mentale et celles de nos proches, bien évidemment.


Des changements fondamentaux sont en train de se mettre en place. La distanciation sociale est devenue la nouvelle norme. Le confinement exacerbe la déprime et l’anxiété de beaucoup de personnes.
La situation est stressante pour tous et il est tout à fait normal en ce moment de crise d’être anxieux et inquiets.
Selon le psychologue clinicien Pierre Faubert dans une entrevue à QUB radio, « le coronavirus pourrait faire ressurgir certaines dysfonctions ».

En effet, d’après lui, « la période de confinement à laquelle la population doit présentement se soumettre pourrait faire ressortir des problématiques latentes dans les relations, entraîner des divorces, et même mener à des suicides dans certains cas graves. »

J’ai voulu aborder le thème de la santé mentale pendant la pandémie du coronavirus et comment gérer son anxiété pendant la crise de la COVID-19.
Paola Akl, psychologue et directrice du développement clinique chez Meetual, une plateforme offrant des services de psychothérapie en ligne, a apporté sa lumière concernant certaines questions que j’avais.

 

Entrevue avec la psychologue Paola Akl

La santé mentale est une préoccupation d’une grande importance pendant cette pandémie de la Covid-19. Quelles personnes sont les plus vulnérables, mentalement parlant, en ce temps de crise ?

En ce temps de crise, les personnes les plus vulnérables sont celles dont la vie a été le plus affectée : les personnes qui ont perdu leur emploi et se retrouvent dans une situation d’incertitude face à leur avenir. En ce qui concerne l’isolement, les personnes qui habitent avec leurs agresseurs sont définitivement les personnes les plus à risque dans l’immédiat.

Avec l’incertitude qui règne, beaucoup de personnes développent de l’anxiété ou voient la leur s’accentuer. Quels conseils donnez-vous pour mieux gérer anxiété et stress en ce moment ?

Curieusement, j’ai remarqué, contrairement à ce qu’on pourrait croire, que les personnes les plus anxieuses ont un petit soulagement dans la crise actuelle. Pour une fois, la menace est réelle et tout le monde est dans la même situation.
Pour une fois, la crainte qu’ils ont toujours eue que la vie bascule d’une minute à l’autre, a un fondement. C’est comme si maintenant que c’est enfin arrivé, ces personnes peuvent passer à l’étape de faire face au problème.

Pour ceux qui ressentent une augmentation de l’anxiété, je les invite à réaliser que la crise actuelle est justement une leçon d’humilité pour l’humanité : le contrôle est une illusion.
Nous ne pouvons pas tout contrôler et surtout ce qui est extérieur à nous.
 Nous ne pouvons pas empêcher les imprévus et nous ne pouvons que gérer notre manière de réagir face à ce qui nous échappe. Mais il est tout à fait normal de se sentir dépassé et impuissant.

Le moral peut pâtir de la situation actuelle. Comment rester positif ?

Une excellente façon de rester positif durant cette crise est de prendre conscience du positif : la planète respire et guérit de notre violence envers elle. Nous avons appris que nous avons de bons leaders à la tête de nos institutions (au moins quelques-uns).
Nous sommes chez nous, auprès de nos proches et nous passons du temps avec eux.
D’autre part, nous avons enfin du temps pour entreprendre tout ce que nous avons tellement voulu faire. Nous pouvons connecter plus profondément avec notre famille et nos proches. Nous avons un sentiment de solidarité qui nous réconcilie avec l’humanité.

Pour les personnes en couple, la situation peut devenir un défi et engendrer des conflits, parfois futiles. Que conseilleriez-vous pour garder un climat serein au sein du couple ?

Il faut comprendre que nous ne sommes pas habitués à de telles situations de vie : les enfants à la maison, en tout temps, l’enseignement à faire, en même temps que le travail, en même temps que le ménage.

Rester à la maison représente un défi de taille, mais c’est le moment justement d’apprendre à bien communiquer. Chacun doit avoir des tâches, des responsabilités (enfants inclus).
Il doit y avoir des règles, les parents doivent se partager le temps de surveillance, et surtout, ne pas oublier que chacun (même les enfants) a besoin du temps de solitude.

  • Des petites séances de méditation le matin
  • Utiliser des applications pour la répartition des tâches (Our Home est un bon exemple)
  • Avoir des horaires fixes pour les jours de semaine
  • Avoir des espaces pour le travail et des espaces pour les loisirs
  • Consacrer des moments d’activité physique ainsi que des moments de transition entre le travail et le repos.  

Comment expliquer la situation aux enfants ? Comment adapter sa communication ?

La meilleure façon d’expliquer la situation aux enfants c’est de le faire avec des mots très simples et en posant beaucoup de questions et insister sur le fait que la famille est présente pour le protéger.

  1. Sais-tu qu’il y a un virus qui circule duquel il faut se protéger ? Il y en a qui sont plus forts que d’autres… Te souviens-tu d’avoir attrapé un virus auparavant ? Te souviens-tu de comment tu te sentais à ce moment ? Fièvre ? Toux ? Tu te sentais très malade pour quelques jours et ensuite, quelques jours plus tard, c’était le retour aux jeux avec tes amis…
    Depuis peu, il y a un nouveau virus qui circule qui aime beaucoup voyager. Comme il aime ça faire des voyages, nous espérons qu’il va bientôt partir. Il s’appelle CORONAVIRUS (COVID-19). As-tu entendu parler de lui ? Les adultes s’inquiètent un peu et cela fait peur… As-tu entendu les adultes parler de cela ?
  2. Mais il y a des façons de se protéger. Sais-tu comment te protéger ? (Se laver les mains, tousser dans le coude, ne pas se toucher le visage, éviter de faire des câlins et d’embrasser d’autres personnes, écouter les adultes… et surtout en évitant d’être avec d’autres personnes pour un moment.) Je sais que c’est difficile et que tes amis te manquent… mais ce sera pour un petit bout de temps. Bientôt nous pourrons revoir les autres.
  3. Entre-temps, comment profiter du temps en famille ? Quelles activités aimerais-tu faire avec tes parents ? Y a-t-il quelque chose que tu aimerais apprendre à faire ?

Pour les personnes seules, comment gérer le sentiment de solitude résultant de la distanciation sociale physique ?

Pour les personnes qui doivent rester seules à la maison, c’est important de faire des routines aussi « normales » que possible :

  • Se lever à la même heure
  • Méditer, faire du yoga ou de l’exercice
  • Profiter du moment présent en savourant le café du matin par exemple.
  • Faire un ménage rapide.
  • S’habiller comme si la personne devait se rendre au bureau.
  • Avoir un espace spécifique pour le travail
  • Prendre des pauses
  • Ne pas manger les repas en face de l’ordinateur
  • Fermer l’ordinateur quand la journée est terminée
  • Faire d’autres activités à la maison
  • S’accorder du temps pour faire ou découvrir de nouveaux loisirs, lectures, ou pour débuter des projets non entamés et en finir d’autres qui sont restés inachevés.
  • Surtout, faire des 5 à 7 virtuels avec les amis, FaceTime avec la famille, maintenir les contacts et cultiver les relations à distance.

Pour Pâques, par exemple, planifier un dîner de Pâques avec des jeux virtuels et une réunion familiale sur zoom.

Se maintenir occupé est essentiel pour se désengager un peu des pensées négatives qui laissent un sentiment d’impuissance et qui nous empêchent d’entreprendre quoi que ce soit.
Il y a plusieurs ressources disponibles : des spectacles en ligne, des visites virtuelles gratuites aux principaux musées, des livres en libre accès, des cours universitaires, des cours de cuisine, de Zumba…

 Bref, nous sommes isolés, mais plus branchés que jamais et cette crise nous la vivons tous ensemble dans la planète.  

 

Besoin d’aide ? Voici quelques ressources :

 

 

2 Comments

  • Avatar Isabelle Frappier dit :

    Très intéressant. Personnellement, je souffre d’un grave trouble anxieux depuis des années et cette crise a un gros impact sur mon anxiété. En fait, ce n’est pas vraiment la maladie qui m’angoisse mais le climat de peur qui règne et qui est entretenu par les médias…

    • Sarah Sarah dit :

      Merci pour le passage et le commentaire!
      Je comprends parfaitement, ce n’est pas facile et ça nous touche tous de manières différentes.
      Je vous envoie des ondes positives 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *