«Riopelle symphonique» : hommage à l’artiste montréalais

Le festival Montréal en Lumière a débuté jeudi 16 février. Le même soir, j’ai été invitée à découvrir le spectacle Riopelle symphonique, présenté à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, spectacle qui s’inscrit dans le cadre des festivités célébrant le 100e anniversaire de l’artiste.

Jean Paul Riopelle, cet artiste prolifique

Né à Montréal en 1923, Jean Paul Riopelle était un peintre prolifique connu pour ses tableaux expressifs et colorés. Avant de partir à Paris, où il a été influencé par les mouvements artistiques de l’époque comme le surréalisme et l’abstraction lyrique, Jean Paul Riopelle avait commencé à développer son style abstrait. Il a également travaillé sur des sculptures et des gravures, explorant de nouveaux territoires artistiques tout au long de sa carrière.

C’est au cours des années 1950 et 1960 que Riopelle est devenu un artiste établi et reconnu à l’échelle internationale.

Décédé en 2002, Jean Paul Riopelle a laissé derrière lui un héritage artistique remarquable et influent.

Hommage en musique avec Riopelle symphonique

Riopelle symphonique
Crédit : Victor Diaz Lavich

Divisé en 5 actes retraçant la vie et le parcours artistique de Jean Paul Riopelle et imaginé par Nicolas Lemieux, le spectacle est brillamment mis en scène par Marcella Grimaux et comprend sept compositions de Serge Fiori, réarrangées par Blair Thompson.

Sur scène, les musiciens de l’Orchestre Symphonique de Montréal (OSM) sont dirigés par Adam Johnson et accompagnés par les Chœurs des Petits Chanteurs de Laval et le chœur de Temps Fort. En tout 140 musiciens et choristes, un nombre impressionnant d’artistes qui se côtoient sur scène.

Au-dessus d’eux, trois écrans sur lesquels défilent des extraits du Rufus global, manifeste qui a été publié en 1948 et signé par 16 membres de la communauté artistique québécoise. Ce manifeste remet en cause les valeurs traditionnelles du Québec et encourage l’ouverture de la société québécoise à la pensée internationale.

Mis à part les extraits du Rufus global, on plonge dans l’œuvre de l’artiste avec des projections de ses peintures et ses sculptures. Les projections suivent même le rythme de la musique, ajoutant du dynamisme au spectacle.
La fluidité des enchaînements et les différentes dimensions des écrans créent une narration visuelle intéressante, tout en mouvement.
Des entrevues audio avec Riopelle lui-même ajoutent aussi une touche intimiste au spectacle.

Adam Johnson - Riopelle symphonique
Crédit : Victor Diaz Lavich

Petit coup de cœur pour le costume du chef d’orchestre, Adam Johnson, qui portait un splendide costume qui rappelle l’oie blanche.

Un spectacle « son et lumière » qui vaut le détour !

Informations Riopelle symphonique

Riopelle symphonique sera présenté à nouveau le 17 et 18 février, à la Salle Wilfrid-Pelletier à Montréal et le 8 et 9 septembre, à la Salle Louis-Fréchette à Québec.
Site Web

D'autres articles de Sarah
L’État Major : Quand le Brésil et Le Québec se rencontrent
À l’occasion de Montréal en Lumière et ses événements gourmands, j’ai eu...
Lire plus
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *