J’ai testé le Shibari, l’art japonais du bondage

Attirée depuis longtemps par l’esthétique photographique du Shibari et curieuse d’explorer les émotions induites par la corde, je me suis lancée dans l’expérience du Shibari, aussi connu sous le nom de kinbaku. Cet art japonais du bondage consiste à attacher et suspendre une personne à l’aide de cordes de chanvre ou de jute.

Qu’est-ce que le Shibari?

Le Shibari, autrefois appelé kinbaku, va au-delà des clichés associés au BDSM (Bondage, Discipline, Sadomasochisme). Il se présente comme un art à part entière, où l’utilisation habile de la corde devient une expression artistique et émotionnelle. C’est une expérience sensorielle qui peut devenir érotique si souhaité.

L’objectif est d’entraver les mouvements de la personne attachée, créant ainsi une expérience unique. On attache ou suspend dans les airs une autre personne (nue ou pas) à l’aide d’une ou plusieurs cordes faites de chanvre ou de jute.

L’expérience Shibari

Shibari ou bondage japonais
Crédit Studio Tension Montréal

En faisant mes recherches, je suis tombée sur Tension, un petit studio dans le quartier du Village à Montréal.

Vous pourrez prendre le cours avec ou sans partenaire. Il est préférable de débuter par les fondamentaux, le cours pour novices et curieux. Pour votre cours, vous aurez besoin de :

  • une corde par personne : disponibles en vente dans la boutique
  • avoir des vêtements confortables (pas de jeans, mais pensez plutôt outfit de yoga)

La soirée débute par l’explication des consignes de sécurité et les origines du Shibari. On enchaine par la suite sur l’apprentissage des motifs de base dont le Boola Boola, la colonne unique et le Futo-Momo composé de ; X-friction, Double Half-Moon, Kanuki, Larks head, sous une supervision attentive et des instructions claires, le tout dans une atmosphère décontractée.

Bien évidemment, la confiance mutuelle est cruciale, car le processus d’apprentissage implique à la fois celui ou celle qui attache et l’attaché(e). Certaines positions peuvent être inconfortables, mais c’est là que la confiance entre en jeu. Pour une personne habituée à garder le contrôle, comme moi, le lâcher-prise initial a été un défi.

La communication dans le shibari 

L’instructeur nous a encouragés à focaliser notre attention sur la communication, soulignant l’importance de transmettre nos intentions à travers la corde.

La communication revêt une importance capitale, surtout au début, où partager ses craintes et définir ses limites, qu’elles soient physiques ou psychologiques, devient essentiel. La sécurité est primordiale pour profiter pleinement de l’expérience.

Une fois que l’on se laisse aller et que l’on confie ce pouvoir à son partenaire, quelque chose de spécial se produit. Être immobilisé(e), à la merci de l’autre, tout en observant les détails subtils comme son regard sur nous, crée une expérience intense. La respiration, le souffle contre le cou, l’odeur de la corde, les sensations de la corde frôlant le corps, l’anticipation du prochain mouvement du partenaire, le tout ajoute une dimension exaltante et excitante à l’expérience.

Shibari ou bondage japonais
Crédit Studio Tension Montréal

Une expérience enrichissante

En somme, l’expérience du Shibari s’est révélée intéressante me poussant à repousser mes limites. C’était également un moment de partage agréable et de sensualité. Pour ceux intéressés par les suspensions, sachez que cela demande un niveau d’expertise supérieur et beaucoup de pratique.

Il est essentiel de souligner que le Shibari comporte des règles strictes à respecter pour éviter tout risque pour la santé du partenaire. Le consentement mutuel et une communication claire sur les limites sont impératifs. Cette pratique peut susciter des émotions inattendues, et il est essentiel d’aborder le Shibari avec précaution et respect.

Pour les curieux qui désirent voir le bondage pour la première fois, sachez que le studio Tension organise les Soirées Shibari, des événements dédiés à la performance et présentés par deux paires d’artistes expérimentés.


Tension Montréal 

Site Web | Facebook | Instagram

D'autres articles de Sarah
Restaurant XVI XVI | Gastronomie et technologie
Le restaurant XVI XVI, nouvel établissement qui a ouvert ses portes le 14...
Lire plus
Joignez vous à la conversation

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. says: Lydia

    Super article très intéressant sur votre expérience et le shibari de manière générale. Je suppose qu’on peut prendre un cours avec son partenaire ?