L’histoire d’un champion à l’Opéra de Montréal

Champion opéra de Montréal
Aubrey Allicock (Jeune Emile Griffith) - ©Yves Renaud

Samedi soir dernier, nous avons assisté à la première de Champion à l’Opéra de Montréal, mon meilleur ami et moi, montés sur notre plus beau 31. Un opéra aux airs de comédie musicale, par son mélange de style jazz, opéra, théâtre et gospel

Champion est l’histoire, vraie, d’Emile Griffith, un célèbre boxeur américain qui a combattu dans les années 60. Griffith est, non seulement connu pour avoir remporté le titre mondial WBA et WBC dans la catégorie poids moyen en 1966, mais aussi malheureusement connu pour avoir boxé à mort un autre champion — Benny Paret — lors d’un combat officiel. On dit qu’il se serait acharné sur son rival à cause d’insultes homophobes lancées avant le match, par Paret. Évidemment, notre champion ne voulait pas se rendre à ce point et ses remords lui entraîneront de la démence, qui le suivra quasi jusqu’à la fin de sa vie.

Aubrey Allicok (Jeune Emile Griffith) 2 – ©Yves Renaud

Champion a été composé par Terence Blanchard et par le librettiste Michael Christopher. Terence est un trompettiste jazz de premier plan, ayant reçu cinq Grammy Awards, avec plus de 50 bandes sonores à son actif. Il est l’un des musiciens jazz et compositeurs les plus influents du moment. Parmi les œuvres que nous connaissons, il y a Malcom X, Barbershop et Inside Man. Jouée en 2013 pour la première fois, Champion est sa première composition d’Opéra. J’ai personnellement été complètement transportée par la musique, tout au long du spectacle de par l’émotion que Terence veut nous faire ressentir sur la vie de ce boxeur, mais aussi parce tout est joué live par l’Orchestre Symphonique de Montréal et le Chœur de l’Opéra de Montréal, le tout leadé par l’international Georges Manahan.

©Yves-Renaud

Le spectacle est donné en ce moment même à l’opéra de Montréal, et retrace, vous l’aurez compris, l’histoire de Griffith, joué par 3 différents artistes représentant le boxeur à différentes étapes de sa vie (Arthur Woodley, Aubrey Allicock [Emile jeune] et Nathan Dibula [Emile enfant]), mais pas seulement. Il y a aussi, Emelda, la mère d’Emile qui aura son bout d’histoire à raconter et une place importante dans la vie de son fils. Dans cet opéra, elle sera représentée la magnifique Catherine Daniel, qui confiera en entrevue « Il y a une grande responsabilité à interpréter un personnage historique » et ajoutera que le défi pour elle a été de rendre hommage aux forces d’Emelda, mais aussi de reconnaître ses défauts.

©Yves-Renaud

Pour voir toute la programmation et les détails sur Champion, rendez-vous ici. 

Dates : 26-29-31 janvier et 2 février 2019 à 19 h 30
Billets à partir de 30 $

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *